mardi 28 juillet 2015

La pensée d'Etat ou comment preferer les blagues de Ouyahia à celles de Saidani / Sellal

Dans facebook qui devient dangereusement un média dominant et auquel on doit faire le tri des informations qui y circulent afin d'en faire une critique des médias, les réactions s’enchaînent comme des perles à propos de l'incompétence et l'arrogance de Saïdani, autrefois musicien et aujourd'hui responsable du FLN, on demande sa démission, on le lynche symboliquement,  mais pourquoi cet acharnement qui ravive le souvenir de bien des silences sur les autres personnalités éminentes des partis croupions qui l'ont précédé sur la scène médiatique algérienne, hein  ?

paceque
à l'occasion de la " sortie " médiatique d'Ouyahia très récemment on peut tout à fait prélever et isoler la pensée d'Etat ou la pensée étatisée ou la pensée faite Etat se niche dans l'individu, c'est donc encore une preuve que l’État c'est un peu plus que l'appareil d'état avec son cortège de secrétaires généraux des ministères, enseignants, fonctionnaires des impôts, militaires, flics, médecins et paramédicaux de l'hopital public et j'en passe
l’État s'est aussi niché dans la pensée d'état émise par certains à certains moments dans des réponses toutes trouvées pour trouver un remplaçant au couple de comics troupiers qui font le lit de l'actualité et des timelines de facebook dans la personne d'ouyahia, garanti 100 pour cent homme d’État, la poigne, la moustache ( les deux comiques en sont dépourvus ) et la dureté et aussi un peu de cette virilité et un sens aiguisé du dérapage très contrôlé, une prestance, une faconde dans les trois langues et un honneur tout retrouvé de ce qui fait la qualité première de l’État : terroriser par la stature

Ainsi bien pensants et autres belles âmes bien inspirées parmi lesquelles des stars de facebook, des artistes, des grandes gueules,  des " intellectuels daoudiens " demandent même à qui veut l'entendre qu'ouyahia ferait un bon président et ce au détriment du blagueur Sellal qui lui n'avait pas réfléchi avec cette formule lapidaire la recrudescence des morts  durant l'année 1997 en lâchant à la mêlée : " le terrorisme est de plus en plus résiduel car il tue de plus en plus " ou comment montrer que la population massacrée fut en son temps elle aussi résiduelle, c'est donc par réductionnisme mathématique qu'on pourra affirmer que ouyahia a exprimé une idée comme celle ci : le terrorisme est de plus en plus résiduel car il tue de plus en plus de résidus..
Donc, les blagues à la logique morbide de ouyahia doivent faire mourir de rire ses supporteurs au grand dam des bouffonneries qui ne tuent pas ( de rire ) du couple sellal saidani
Bienvenue en épouvante

Une moustache implacablement étatique