dimanche 23 septembre 2012

le cul de mahomet fera vendre

Mahomet par mépris

On ne parlera pas ici en substance des dessins publiés par charlie hebdo la semaine dernière, on ne parlera pas du fait connu et rabâché que charlie hebdo est un auxiliaire de la galaxie nauséabonde entourant l'idiot international BHL,
mais on ne manquera pas de relever l'analogie entre le dessin de Mahomet à poil, les fesses à l'air, couché sur le ventre demandant à un amant imaginaire s'il aimait ses fesses  à la façon de Bardot dans la fameuse séquence d'ouverture du  Mépris de Godard.
L'anecdote est assez bien connue dans le milieu ciné, Carlo Ponti coproducteur italien du Mépris trouvait que dans le film on ne voyait pas assez le physique de Brigitte B,  on sait aussi qu'il a été demandé à Godard de rajouter une scène (celle de l'ouverture) il s'agit d'une scène un peu coquine, ledit producteur voulait plus de cul dans le premier film en scope couleurs de jeannot, il voulait, en toute logique mercantile, augmenter l'attractivité du film du déjà trop intello borderline Godard , son film sera vendu  comme un film dans lequel il y aurait plus de glamour et de cul, rameutant les aficionados de la plastique de Brigitte B et de la fesse en général ( on est en 1963, une autre époque)
Piccoli et Charlie Mahomet au lit.

Les rédacteurs de charlie hebdo fonctionnent de la meme maniere, faut pas se voiler la face, personne ne lit plus vraiment le torchon ( à en croire des amis parisiens) ni à Paris ni ailleurs,
 i voulaient, par conséquent, faire un carton et le revendiquent à leur façon ( les gens saints d'esprit auront tous relevé l'analogie et l'ironie du dessin)


Donc, à la façon des producteurs de cinéma demandant à des réalisateurs de films personnels de pimenter leurs films avec de la fesse, du film d'auteur mainstream, si l'on veut. ils ont réussi, les machines ont du réimprimer des exemplaires de l'hebdo satirique, une seconde fournée fut vendue le samedi d'après...



Post scriptum : pas de supplément arts & lettres d'El Watan ce shabbat, à croire qu'il n' y a plus d'actu culturelle dans le pays et qu'on ne me dise pas que le salon livresque va te revitaliser le cadavre puant...