samedi 26 juillet 2014

L'islam de banlieue

Les périphéries chaotiques d'une grosse agglomération sont le témoignage d'une fuite en avant, on édifie sans pour autant que ça soit du définitif, on trace des routes, on creuse des réseaux mais on prépare l'étalage probable du magma suburbain,  rendant ainsi impossible une possible reprise en main plus satisfaisante à l'oeil un tant soit peu doué de bon sens chez l'humain moyen.
Comme la banlieue, l'islam en banlieue est dans la fuite en avant, mosquées sommaires, murs gris, ferrailles d'attente, briques aux quatre recoins, les cohortes banlieusardes des fidèles pendant le ramadan  pénètrent le plus souvent des lieux de prière pas tout à fait achevés ( pour ne pas parler de mosquée, paceque c'est plus trop le cas) au risque de voir certains accomplir les tarawih avec des casques de chantier sur la tête.

C'est quand on les voit courir à rattraper leur retard sur les premiers de la classe  qu'on est convaincu qu'ils ne sont pas pénétrés par la chose mais par plutôt cette fuite en avant, un mélange amer d'un trafic d'indulgences de bon aloi, d'angoisse existentielle en raison de la vitesse abrutissante avec laquelle la vie semble fuir de jour en jour et un affaissement de toutes les morales existantes...
Affaire à suivre...