dimanche 3 février 2013

Courts-circuits


Remettez-moi du Jack Lemmon, please ! 

Vue sur Jack Lemmon


****MAJOR SPOILERS**** ( comme l'on dit en anglosaxonie)

Dans Short Cuts (1993) de Robert Altman ( qui, dit en passant, remet à leur place les scorseses coppolas et la génération de cracks enfants gâtés gâteux du système Autors from Hollywood quémandeurs d'honneurs en pagaille, à l'exception,peut être des "libérés de la furia des statistiques en statuettes exhibées dans leurs salons respectifs, les ferrara, Cimino et quelques discrets qui font encore du bon boulot) malgré le gargantuesque casting et l’enchâssement virtuose des historiettes de ces petites gens de Californie, malgré les trois heures et des poussières que durent ce puissant show de l’âme américaine;  y a comme un détail qui peut prêter à sourire, qui rappelle la malice du grand Altman.



Jack Lemmon qui joue le rôle d'un père et grand père, qui surgit de nulle part et assiste impuissant à l'agonie de son petit fils fauché par la voiture d'une inconnue est aussi un des protagonistes d'une autre historiette dans laquelle on suit trois potes qui partent à la pêche à la truite dans une rivière nichée dans un canyon perdu dans le désert californien et qui tombent nez à nez avec le cadavre déshabillé d'une femme dans le cours d'eau en question. 
pourquoi comment ? 
On en saura rien, 
Mais, mais ? attendez, une seconde, peut être que c'est ça, il suffit juste de décrire et remettre les choses en place !

Récapitulons, d'une part, il est un père et grand père indigne et absent, il n'a pas revu son fils, devenu un journaliste télévisuel de renom, et ce depuis vingt ans, fait son apparition à l’hôpital et ne pourra jamais vraiment parlé à son petit fils tombé dans le coma. à noter qu'il disparaît, après la mort du petit, sans laisser trace dans cette bien triste et poignante historiette,
Le fils découvrant son père après vingt ans de brouille

Aaah, ce sourire légendaire du bon  vieux Jack !

Le fils et sa femme un peu surpris par cette intrusion

Quelques minutes avant la séquence de l’hôpital, Jack Lemmon apparaît affublé de lunettes de vue rapetissant exagérément ses yeux de myope, il se glisse dans la peau d'un quinqua sans âge  américain moyen, graveleux sexiste et obscène  matant le cul d'une serveuse d'un coffee shop qui n'est autre que celle qui va faucher le petit fils de ce dernier (enfin, de Jack Lemmon le grand père de l'autre historiette.)
Le mari
Le cul de sa femme maté par les trois pêcheurs d'eau douce
En plein matage
Lemmon le deuxième se tourne et prend à témoin en hors-champ

Lemmon le deuxième demande implicitement au mari hors-champ ce qu'il en pense lui, de la carrosserie

Raccord regard : le sourire gêné du mari humilié, grandiose composition !


c'est peut être la seule réponse plausible à ce dédoublement de rôles qui n'est même pas débusqué ni discuté sur la bible web du cinéma de www.Imdb.com, que ce soit dans les anecdotes ou bien dans les légendaires forums des internautes, aucune question ni mystère se basant sur cette bien étrange double apparition de Jack Lemmon.

la serveuse vivant avec son mari dans un mobil-home est socialement déclassée va réagir à cet affront et l'humiliation faite à elle et à son couple qui périclite ( c'est dans cette même scène formidable dans le coffee shop que se noue le ténébreux mobile de l'infanticide, ainsi on voit le mari joué par un inénarrable Tom Waits qui souffre de voir sa femme se faisant mater le cul par trois connards alcooliques habillés en chasseurs du dimanche) en fauchant ainsi l'enfant de huit ans, qui n'est autre que le petit fils du chasseur mateur ( joué par le même Jack Lemmon), c'est donc une vengeance non diégétique que nous offre là the master Altman puisque aucun lien n'est fait entre le Lemmon chasseur mateur et le Lemmon grand-père et père absent ( enfin, pas si sur, le Lemmon grand père et père avoue à son fils qu'il n'a pas été un bon père et qu'il a trompé sa mère avec une autre.)
comme quoi, les voies de la cinéphilie sont encore impénétrables pour beaucoup d'entre nous, Amen.

La sentence, dans le tranquille et huppé quartier angelino

à noter que la serveuse n'a pas changé de tenue.

cette robe moulante qui aura de fâcheuses conséquences.
un petit dernier ( cul maté) pour la route

Il ment.

Le mobile et le meurtre dans un même plan : la réponse d'Altman.

                                       *******************************************


PS : gros post scrotum
Puisqu'après examen approfondi du casting, Jack Lemmon n'est pas en situation de double emploi dans Short Cuts. il s'agit de son sosie, le réalisateur et acteur comique parfaitement méconnu, le new yorkais Buck Henry. si l'on examine les photos jeune homme de ce dernier et ceux de Lemmon époque " certains l'aiment chaud" on peut aisément les confondre, for god's sake ! 
les deux acteurs, tous deux, des as du comique, ont mené des carrières parallèles et ont à peu près le même age ( Lemmon est né en 1925, Henry est né en 1930.) 
ça revient au même, la frappante ressemblance entre les deux acteurs sert, de toute évidence, le lien secret qui se noue entre les deux stories ( il y en a neuf en tout dans Short Cuts.)



Avouez que c'est facile de confondre

surtout avec des lunettes

Lemmon

Et son sosie.