mardi 20 novembre 2012

De la petite histoire


Je sais pas pour vous mais moi et je l'ai dit l'aut' jour à un pote, oui mais personne n'en parle, dans tout manuel de sociologie ou bien même d'histoire, aucun de ces universitaires de pacotille bien de chez nous n'a osé en parler , y en a que pour les gros évènements, bon okay, coté préparatifs de 88, on ressort le printemps berbere en 81, mouais, mais tout le monde n'est pas kabylophone, okay, on est berbères mais on cause un sabir plutôt basé sur l'arabe et le français qui permet de... euh, lier tindouf à tablat, euh, el tarf à béni-saf, y a pas à dire le français ciment de la nation, tu parles que c'est vrai, elle est la langue administrative dominante, le langue des affaires, la langue vivante du sérail...


Sinon, oui, ben comment dire, oui encore que, je préfère parler de 1985 pour parler du cinq octobre 1988, oui, car les voyants, cette année là, allaient tout se mettre à clignoter le rouge vif, l’Algérie qui se targuait d'un système éducatif de qualité a disparu des classements cette année là (selon ce bon vieux PNUD dont on entend plus parler, izon dû déménager...), curieux non ? en 85; le baril de poudre de pétrole est retombé à des niveaux insignifiants " genre moins de eleven bucks !  vous voyez ? " pas de mango, pas de quat'quat' touareg, pas de sidi yaya, pas de villa somptueuse à dardiaf-sur-cheraga, pas de weekend détente au camp nou après une dure semaine de travail en open space, pas de vacances à palma dans un cinq étoiles avec spa, pas de câble satellite et son couple indéfectible d'avec le home cinéma ultra plat, pas de cuisine mobalpa, pas de supérette pour nantis type opéra, pas de chocolat noir aux raisins sec , pas de lindt " contentez vous d'ambassadeur, la grande marque locale qui selon certains pinailleurs a un goût de savon - pas d'épicerie fine pour connasses emperlousées qui achètent le dernier grine et vont faire du stretching remise en forme et qui croient qu'elles votent démocrate en posant dans l'urne un bulletin RCD , pas d’élections plurielles grossièrement maquillées ( du temps du parti unique, on ne nous mentait pas, il était parfaitement seul !) pas trop de journaux, je préfère el moudjahid parfaitement calé sur la ligne du partei que la myriade de journaux fortunés à coup de déversements publicitaires qui sont autant de tanezroufts de la pensée , pas de celio  ( achetez vous des jean lois ou des chemises redman ) pas de centres commerciaux proprets tenus par des Helvètes  ( on avait souk el hellouf et les galeries algériennes, et y avait du monde, des chaînes et un sentiment qu'on était tous égaux devant la pénurie, chouette !)
je me perds un peu...







Donc, oui aucun sociologue digne d'intérêt n'a signalé qu’après la chute du baril et juste avant ou pendant l'épanchement d'oktiabr 88 , y a eu infiltration de l'ennemi héréditaire par la grande porte, oui, il s'est instillé dans l'intimité quotidienne des petites gens, pénuries d'un côté, déversement  télévisuel hexagonal de l'autre (pour calmer la faim del popolo ?) à cela, il ne faut pas nier l'incroyable paradoxe de l'Etat moribond qui d'un coté annone les valeurs de novembre (en fait, un mélange d'idéologie néo bandung entre nehru et castro avec ce soupçon de connerie des constantes sacrales arabo-musulmanes qui échoit aux chiens de garde officiels, commentateurs et thuriféraires d'un régime, usurpateurs d'une révolution menée par d'autres, tous morts ou oubliés.) par l'entremise d'aboyeurs, des démagogues professionnels ( à l'exemple d'un belkacem nait belkacem qui comme son nom ne l'indique pas était cet arabiseur fanatique detestateur de la chose "francisante") à coté de ça,  rappelez vous qu'on découvrait les émissions cul "désirs", "le journal du hard", les émissions de msix ( sexy zap et consorts) , le film de cul pas très hard de msix qui passait après le cultissime magazine de Blachas culture pub, les adolescents avaient déjà la bite bien dressée dés le générique de fin de culture pub ! rendez vous compte du potentiel éjaculateur des masses algériennes à pareille époque !!
les publicitaires ben eux, ils se sont bien cahuté la poire, en sachant qu'ils vont toucher le pactole du marché sudiste juste en bas face à Marseille,  on parle de vingt cinq millions de bouches à nourrir, autant de cerveaux disponibles à abêtir, et ils savaient ces bougres, que le baril allait monter un jour, pour sur, et ce jour là, on mangera pas que du poulet, on mangera du lindt, du candia, du coke, du peps, du jus de burnes de taureau de la pizza au fromage ceddar sanctifié par les cardiologues , le steak haché ( encore inconnu des tablées durant les eighties) et l'eau minérale ! l’Algérie dirigiste et étatiste s'enorgueillissait d'avoir une politique d'autonomie économique en alimentant les contribuables d'une eau de robinet parfaitement saine et socialiste de surcroît ! mais non, l'eau minérale ça saute aux yeux à coup de contrex de volvic de zizou volcanique, de coups d'evian...

Autre chose, je connaissais ni dumbo ni sa jument de lady dayye ni même le grand pope à galette le polak le john paul deux authentique espion venant du froid qui détruisait l'empire communiste à coup de prêche digne des coups de boutoir du gouverneur Lacoste ( la peur doit changer de camp, ou bien non ça me rappelle redha malek le prime minister, l'homme à la gueule de marionnette à ficelles placé par la coupole cinq étoiles en 94 pour faire la nique aux barbus de plein air, en attendant vous pouvez encore vous astiquer le chibre avec canal plus et cinécinémas pendant qu'on nettoie les rues de la ville de ses poux, hein ?? dit il avec conviction !!) (à rappeler, pour revenir à john paul  que zbigniew brezinzsky fut ce polonais et conseiller des princes étasuniens dans ces années là, y a pas de hasard.) je connaissais pas non plus les inutiles gloires du rock franchouillard du style de johnny holyday une sorte de bêtise surannée à base de banane rockabilly qui chantait à l'époque ô diégooooo, une autre époque ou l’Amérique latine était encore synonyme de dictature militaire, euh, en arabe on parlera de kamaliates, oui , on nous a vendu l'inutile du superflu, 




Mais oui, il résiste, pourtant il apprendra beaucoup de choses à voir ces nouvelles chaines, il va certainement se laisser faire, oui, car j'ai résisté quelques temps avant de succomber au cul le soir sur canal plus ainsi que les jeux animés par patrick roy et Patrice Lafont, la culture et l'ouverture sur le monde quoi !




rrrooot

post scrotum : en disant tout ça, c'est aussi pour parler de cette façon renouvelée de faire histoire ou de faire de l'histoire une matière à enseigner, je me rappelle d'un prof qui a encore toute mon estime qui nous a parlé du café, ce sombre breuvage amené des Amériques qui a conquis la cour du roi de France qui s'est répandu dans des maisons du café où les nobles et la nouvelle classe bourgeoise aimaient à causer et enfin s'était démocratisé sur tout le territoire du royaume de France dans des cafés dans lesquels on aimait causer encore et encore, mon prof voulait juste venir au fait que le café est ce ferment, comme l'étaient les rousseau diderot, de la révolution future qui allait tout emporter sur son passage, le café amenant avec lui l'excitation continue du cortex, de l'éveil  qui ont  amené la lecture assidue des journaux en pleine explosion sous louis le grand ( quatorzième du nom) une autre façon de voir le passé ( pour ne pas à dire l'histoire qui est, dans de nombreuses contrées, un foutoir construit rapiécé par des mains manipulatrices, celles des triomphants et des dandys de la vérité.)