vendredi 26 octobre 2012

le barbu et le touareg

Rassemblement de 4 X 4 devant la mosquée de quartier


Non, j'allais pas vous parler de l'Azawad ( l’espèce de nouvel état mort-né autoproclamé au nord Mali), faut avoir le courage de Salima Tlemçani pour ça ( la journaliste du Watan qui cartonne tous les jours, on dit à son sujet qu'elle  possède le monopole de l'information dite sécuritaire! ya babaaa, c'est pour ça qu'el Watan est lu pour ce qu'il est : le journal préféré des diplomates et des attachés militaires des ambassades créditées dans la proliférante banane au petit déjeuner. Toutes les " tendances" y cohabitent joyeusement depuis un peu plus de vingt ans ( un actionnariat parmi les plus prospères, on peut donc jouer les opposants de surface et être milliardaire pour de vrai, un miracle quoi ! ) )
C'est bien connu, après avoir bouffé du barbu dans les nineties ( d'une part, la diabolisation symbolique et de l'autre une élimination physique) après le nine eleven, après les attentats de Madrid, Londres, Paris, euh, Sanaa, euh Nairobi, la liste est longuissime...

Amma baad

Les barbus ( moi, j'ai proposé de leur redonner un peu de dignité en les identifiant comme des musulmans orthodoxes: ils sont à la fois très pieux. tenez, par exemple, ils sont très contents de l'arrivée du Ramadan  ce qui n'est visiblement pas le cas de tous le  monde - surtout les soiffards d'Alger qui grognent, ils sillonnent en meutes les ruelles du centre à la recherche du dernier tripot ouvert avant la fermeture saisonnière  chaque trente chaabane c'est le même manège dans les débits de la ville ! - ;
les barbus eux, sont rentrés dans le rang, dix ans barakat semblent proclamer les plus déterminés d'entre eux , certains se dispersent dans toute l’Europe ( je sais pas, au choix, Vaux-en-Velin près de Lyon, finsbury park à London, le CERN à ge'nèève) d'autres reviennent au pays ou ne se sont jamais exilés ( font profil bas : rasage de barbe entre 93 et 2002, à mettre sur le compte de cette voix rugissant du tréfonds qui parcourt un corps glacé par la peur bleue et ... kakie)

bam, retour au fait religieux dans le corps social, mais entre temps, on a déménagé, on s'est mariés avec ben't lehlal ( femme de bonne famille) et on a prospéré ( beaucoup de commerçants, mais là on fait dans la sociologie même pas spontanée, c'est de la simple observation dans les rues de l'hydre algéroise, des barbus dodus et bien nourris se livrant à un concours de la plus grosse bedaine en devanture de leurs boutiques. )

Sinon on pourrait aisément surprendre l'un d'eux évoquant à satiété la litanie des aléas liés au trajet domicile mosquée : " vous savez,  j'habite loin de la maisonnée originelle, c'était, vous savez et je vous raconte pas des histoires, je l'ai vécu, c'était un fief labellisé FIS garanti 100 pour cent salaf ' ( dressage d'un camp de tentes en juin 91 ; prêches des plus endiablés, appel au djihad par les armes au cas ou on nous volait la victoire, dont acte quoi !) ce ne sont plus, comme c'était le cas pendant l'age d'or les cohortes brillantes des physiciens quantiques ni les médecins. Les frères (ikhwa) on les appelait alors respectueusement ( parfois avec l'appréhension de ceux qui cultivent la séparation des castes, on ne voit pas, on ne comprend pas !)  les frères musulmans qui ne sont pas vraiment Egyptiens ( parce que frère dans l'acception locale, c'est le pote, celui qui portait assistance, celui à qui on avouait que le soir venu on était sous la coupe sournoise  de manifestations humorales plus que suspectes, des fuites nocturnes pas banales qui mettent à mal la blancheur éclatante des draps jusqu'alors enfantins, le matin, c'est pas possible trop la honte; Dieu nous attendra au tournant au prochain épanchement  !  ) ou bien quand on a fini de mener des raids piétons en ville, on pouvait entendre " un intellectuel francisant " parler des Pneus hideux qu'il a aperçus le matin au marché : " ils sont sales avec leurs barbes, on dirait un pneu de loin, ben quoi ?!".  Ces rumeurs nous parvenaient de l’intelligentsia " démocrate " ( qui, bientôt sera spécialisée dans l'éradication, des battues seront organisées un peu partout, pour leur unique plaisir.)
donc, pour y aller faudra emprunter les routes de Draria, el Achour Baba Hassen, Oued Romane, je sais pas, Sebbala, Saoula, Birkhadem, tout le sahel mâtiné d'un peu de plaine mitidjienne mangée par les opérations de relogement de type AADL abritant cette  nouvelle classe moyenne nourrie par le baril à 100 dollars de moyenne ( une tendance lourde observée depuis l'accession au pouvoir du chanceux Boutef ! )



Donc oui, ils préfèrent enfourcher leur SUV leur quatre fois quatre rutilants allemands de surcroît ( aah, le Hoggar, ce rêve à portée de volant) faire de la route pour rallier la mosquée promise ( holy mosque, celle où l'on a lu le coran après le dernier cours d'arabe ( celui assommant, entre 15h30 et 17h30 dans lequel on s'appliquait à faire les bouhours, analyser et typifier l’hexamètre d'un poème datant du deuxième siècle de l'hégire, rien que ça  ), les dourouss quoi !) celle ou l'on a fait du compagnonnage idéologique étant gamins (  être gamin, c'est entre 17 et 25 ans en Algérie , faut pas chier) celle ou il semblerait qu'on ait eu à tourner un peu casaque quand on a fait campagne pour ce cheikh Nahnah un peu diabolique par le regard, un brin ironique, un barbu rusé et bien blasé, pas très radical quoi , c'était en 97, le Hamas  c'était pour calmer les ardeurs des gamins qui ont trop peu connu l'age d'or de l'islamisme politique y a din errab ! ( alias Belhadj, le vieux petit rouquin de la colonne dont j'ai oublié le nom et bien sur le martyr Hachani, mort comme un grand parrain de la mafia new-yorkaise, après sa sortie de prison, il a du se faire cuisiner, le cheikh , hein ?! )
donc voilà ; et la foi dans tout ça ?
les gros quatre roues motrice à double boite se rassemblent dorénavant devant les mosquées, avant on avait droit aux marées d'humains...
le bon gros à barbe affublé du 4X4 pour se tenir éloigné du péché vous dira : " je mets le coran à fond pendant le trajet, hakka' nneskha ( sur la tête du livre sacré) !!
amen,